Compagnies de Garde de l'Air (CGA)

Transmis par "ERTA"



De 1945 à 1949 l’Armée de l’Air ne possède que 4 Compagnies de Garde de l’Air reparties sur les bases de : Bien Hoa ,Gia Lam, Haiphong et Tan Son Nhut .
Chacune de ces compagnies possède un effectif théorique de 250 Hommes appartenant à l’Armée de l’Air qui protégent ces mêmes bases contre des actions commando du Viet Minh .A l’origine ces unités étaient formées de personnels Français ce n’est qu’a partir de 1948 que ces européens furent remplacés progressivement par des Maghrébins majoritairement des Marocains et des Africains afin d’affecter les européens à d’autres services .
A cause de l’accroissement des activités aérienne , les CGA durent assurer la protection de cinq autres bases : Tourane ,Nha Trang, Seno ,Vientiane et Pnom Penh , le nombre de CGA étant porté à six à la fin de l’année 1950 et 11 en 1951 .
Ces unités « Africaines » sont diversement encadré , a cause de la demande de ce type d’unité , l’Armée de l’Air du faire appel à l’Armée de Terre a cause de l’accroissement des quantités à protéger,  l’aide Américaine massive amenait en Indochine des quantités d’appareils , de pièces , de munitions , d’essence qu’il fallait surveiller ,et protéger vu l’augmentation des infiltrations VietMinh dans les régions « contrôlées » .
Cette idée de protection des bases aériennes est affirmé par une directive d’Octobre 1949 avec son mémento pour les dispositions a suivre pour parer a toute attaque .
Le 19 Janvier 1950 la base aérienne de Bach-Mai est attaqué , durant cette nuit là le commando détruit au mortier et a la grenade le NC701 « Martinet » le 188 de l’ELA 53 et endommage six autres appareils . Cette action provocant la réaction du général commandant en chef , qui exigea que dés lors les Bases Aériennes deviennent « zone invulnérable » .
A savoir que d’après des documents récupéré par le renseignement militaire , les bases aériennes étaient objectifs prioritaires .
Malgré ceci au GA-Tac Nord la situation était grave , car les bases ne possédaient aucune grilles et grillages ceinturant celles-ci et que lorsqu’il y en avait elles n’étaient pas entretenus et étaient parfois percés en de nombreux endroits , le personnel de garde était insuffisant et non qualifié , pas d’éclairage artificiel et de nombreux trafics se produisaient sur celles-ci .
Le Général Chassin fit de nombreuses demande pour renforcer ces unités ,dont le 27 Mai 1952« réorganiser les compagnies de l’Air plutôt que de compter sur l’Armée de terre » suite aux échec de ces demandes le Commandement Air se tourna vers la France mais la France s’aligna sur la réponse faite par le Général Salan « C’est avec les seuls moyens dont vous disposez qu’il convient de doter chaque Base Aérienne d’une organisation défensive efficace »
Ainsi les seuls résultats concrets des démarches faites par le Commandement Air fut l’octroi en Septembre 1952 de 450 Sénégalais encadrés par l’Armée de l’Air .
Les remous causés par le Gén Chassin déboucherons sur une réunion à l’Etat-major , commission composée d’officiers de l’A.T ,l’A.A , de l’Artillerie , du génie , pour étudier les différents ensemble de protection , hélas cette réunion de coordination présidée par le Lieutenant-colonel JUILLE échoua comme toutes tentatives de co-opération interarmées . Le Général Lauzin établit en urgence un programme de renforcement des défenses en créant de multiples petits groupes de lutte contre les sabotages en généralisant l’usage d’éclairage le long des clôtures , en créant de nouvelles lignes de défense et surtout en supprimant les postes de garde fixe au profit de patrouilles sur les bases .
Ainsi dans la nuit du 06 au 07 Mars 1954 sur la base de Cat Bi un commando de 60 hommes , détruisirent 6 Moranes 500 de liaison et 1 B26 endommageant 3 autres « invader » lors ce cet assault la garde tua 5 membres du commando ennemi , tandis que les rebelles perdaient 40 engins explosifs lors de la fusillade . Sans l’intervention de la Compagnie de Garde tous les appareils stationnés auraient été détruits à l’explosif ! il y en avait alors 30 sur le tarmac .
Après cette action qui fut « un succès » pour les CGA , il fut demandé un déblocage de moyens pour défendre les base (travaux ) et d’associer aux CGA des équipes cynophiles . Ainsi qu’une rédaction rapide d’une nouvelle instruction pour la défense des Bases Aériennes .
A partir de cette date les forces terrestres eurent autorité sur la défense des bases , ce que l’Armée de l’Air demandait depuis 4 ans. 1000 hommes supplémentaire furent affectés à partir du 15 Mars à la défense des trois principales bases du GA.Tac-Nord .
Tourane durant la nuit du 05 au 06 Mai 1954 , l’attaque se solda par un échec , car les assaillants se firent repérer en arrivant contre les grillages et furent abattu par les sentinelles de patrouille .
A cette date la présence Française en Indochine était compté , mais l’idée resta au sein de l’Armée de l’Air .