Le Raid des Oufs 2008




Les Oufs 2008

         
              
Jacky - Bibi - Nono  - Hervé
- Dudu - Alain
Phiphi - L'Aristo
- Patrick - Michel - Raph - Sergio

Album

Album des OUFS






Alors ça y est, nous sommes vendredi 2 mai, il faut se rendre au lieu de rendez vous à partir de 14 heures.
Experts en topo, tout le monde arrive sans (ou presque ) détours et se sont les retrouvailles, pour certains, depuis l'an dernier, pour d'autres, presque 30 ans. Et voilà, que c'est-il passé, tu as été, tu as fait, tout le monde se resitue, on monte le campement, on parle des absents (en bien, toujours) qu'on aurait aimer revoir (mais que des fois, pour certains, on rencontre sur internet).
Et puis le jus de houblon et c'est le repas, salades diverses, gratin au canard, fromage etc bien accompagné . Le lendemain, il faut lever le camp à 8 heure, alors à 1 heure, tout le monde est au lit.
6 h, 6 h 30 le samedi, tout le monde est debout, ablutions ,
7 h petit déjeuner copieux en prévision d'une journée active et 8 h, la route.
Halte dans un village, le temps d'un café pour faire connaissance avec nos "monos", ensuite nous allons garer les véhicules en bas d'un chemin, et percevons combinaisons et matériel pour le canyonning.
Environs une heure de grimpette avec un fort dénivelé (la bas, le plat n'a pas encore été inventé Wink ), puis nous dégustons pommes et barres de céréales (impossible de manger pendant la descente) et nous mettons en tenue.
Et c'est partie pour environs 6 heures de descente, escaladant des rocher pour passer, se laissant glisser dans une cascade, ou se faisant descendre par un "mono" une partie en rappel, puis lâcher dans le bain bouillonnant surpris qu'on était .
L'impressionnant, ce sont les sauts de 4 ou 5 mètres dans la cascade, et à chaque fois, l'eau nettoyant les sinus pour l'année.
Heureusement, en plus des 2 "Monos" exemplaires , Nono était la, et ce Cocoy, ex plouf (Plongeur Sauveteur) sécurisait et nous facilitait certains passages.
Et puis la descente se fait moins drue, il faut enjamber les rochers, passer quelques trous d'eau, et puis la marche, le long d'un "micro canal", déshabillage, et encore marche jusqu'aux véhicules heureux d'y être arrivé.
Retour au campement, nous avions de nouvelles histoires à raconter autour des spaguettis bolognaises et autres mets qui étaient accompagnés d'une bouteille du 70ème anniversaire du Para Militaire que nous a ramené "Bibi" en sus de nos boissons habituelles. Repus, après quelques chants, nous sommes partis aux environs de minuit scier du bois (pour certains) sous nos guitounes.
Le lendemain dimanche 6 h 30, le campement s'agite, petit déjeuner, douches , démontage et à 10 heures, direction le club de Parapente. Triton, say40 et Nono vont admirer le paysage vu du ciel. Quand au autres, nous montons au col du Bourricot, ça ne s'invente pas a dit Triton, pour un casse croute (je ne sais plus qui avait tué le cochon ) d'enfer.
La marche topo me direz vous ? Et bien Bibi, l'Aristo et Hervé sont partis en douce sans prévenir, ce qui fait qu'il n'ont étés que trois à la faire, les veinards Wink .
Nous redescendons retrouver nos Parapentistes, heureux qu'ils étaient, et encore un déjeuner qui se poursuit jusqu'à 16 heure, et nous nous quittons avec tristesse
Smiley larmes aux yeux 524.gif, rendez vous est donné pour l'an prochain (ou avant  ).








Description de l'activité principale du Raid par "Dalma6"

Pour la petite histoire :
Marche d'approche depuis VIALAS à la limite des CEVENNES.
Une bonne heure de marche, en moyenne montagne pas de plats. Petit casse croute et à 10H30. Équipement. Combinaison néoprène "difficile à enfiler parfois avec les rondeurs de l’âge", casque, harnais avec renfort de bassin et fessier. L’eau est à 8°.
Successions de sauts, toboggans, rappel, plongeons, dans une rivière étroite, en furie, sans échappatoire.
Les pompiers de SAINT EMBROIX et BESSEGUE sont prévenus : Si nous n'avons pas de contact radio au plus tard 18H00, les secours sont déclenchés. Seule
possibilité d'évacuation en cas de blessure : l'hélico.
Nos moniteurs deux pour 11 personnes sont des pros. Briefing détaillé, installation des points d’encrage, la valse des cordes et mousquetons est exécutée avec maestria, en couverture de sécurité à l'arrivée de l’obstacle, notre Nono national ex plongeur pour donner un coup de main à la réception.
Nous sortons de l’eau à 16H30, 6 heures de descente tout de même, encore une bonne heure de marche pour rejoindre les véhicules.
Fourbus mais comptent de l’exploit accomplit.
David le chef moniteur savait à qui il avait à faire. Il ne m’a pas caché que nous venions de faire une descente très difficile, compte tenue de la montée des eaux et qu’avec d’autres personnes, il ne l’aurai pas tenté.
Les OUFS souhaitaient sortir un peu des sentiers battus ils ont été servis.
Nous rentrons au camping pour une bonne douche chaude. Un repas bien mérité,
gratin du Quercy au canard, spaghettis à la bolognaise, le tout arrosé de bière, de vin de Moselle et Bordeaux le tout à discrétion bien sûr.
La veille les retrouvailles, le repas c’est prolongé tard dans la nuit. Ce soir le chant des oiseaux nocturnes se retire pour laisser très tôt la place aux ronflements
généreux de nos héros rassasiés et courbaturés.

Pour les photos, vous vous imaginez bien que les appareils étaient restés au campement seuls les moniteurs équipés d’appareils étanches on rapporté les images du scoop de l’année.
Le CD ne devrait pas tarder.












Maitre d'Oeuvre du Raid:  Acventure


Nono a adressé son "Roman" à Dalma6 qui l'a fait suivre.
Merci à eux pour ces photos traitées avec humour