Opération Daguet

ou Guerre du Golfe


Nuit du 2 août 1990

L'opération Daguet représente l'engagement des forces françaises - aériennes, maritimes, terrestres - au sein d'une force multinationale composée de militaires d'une trentaine de pays, constituée pour obtenir la libération du Koweït, envahi par l'Irak, dans la nuit du 2 août 1990.

Avant l'offensive aérienne du 17 janvier 1991, plusieurs résolutions avaient été votées par le Conseil de sécurité de l'ONU dont la dernière (la résolution 678) fixait au 15 janvier 1991 l'ultimatum à l'Irak pour évacuer pacifiquement le Koweït. Cette résolution n'ayant pas été respectée, le recours à la force armée avait été autorisé.

Quelques temps forts :

- août 1990 : la marine nationale assure, dès les premiers temps de la crise, la sécurité dans les eaux du Golfe Persique. Elle participe à l'acheminement de l'ensemble des personnels français, tous professionnels. Du patrouilleur au porte-hélicoptères, près de 34 bâtiments prennent part aux opérations.

-17 janvier 1991 : le commandement allié déclenche l'offensive aérienne, l'opération "Tempête du désert". Des avions français participent à cette première offensive - dans un premier temps des Jaguar, suivis quelques jours plus tard par des Mirage F1.

- 24 février 1991 : déclenchement de l'offensive terrestre et engagement de la division Daguet avec 10 000 combattants et 3 000 hommes, chargés du soutien logistique et sanitaire. La division pénètre la première en Irak afin d'ouvrir une voie de progression aux troupes alliées.

- 27 février 1991 : les troupes alliées libèrent Koweït City

- 28 février 1991 : l'Irak accepte la totalité des résolutions de l'ONU. Le cessez-le-feu entre en vigueur. 

"CPS_30"
Avec Aigle 334 nous avons charrié L.bo.gne. Sachez que ce dernier a pris part à l'opération "DAGUET" lors de la première guerre du Golfe. Pour la petite histoire, il faut savoir qu'à l'époque les troupes coalisées ne savaient pas à quels risques elles allaient être confrontées et ce, d'autant plus que l'armée irakienne sortant d'un long conflit avec son voisin iranien apparaissait comme une armée bien entraînée et bien équipée. A cela, s'ajoutait une menace que tout le monde craignait, la menace de frappes chimiques. Les soldats occidentaux depuis la première guerre mondiale n'avaient plus été confrontés à ce type de risque. Autant vous dire que les personnels qui se sont engagés dans ce conflit (parmi eux les fuscos de l'EPI et des EP) méritent une large part de respect. Fort heureusement, les estimations tant du côté de la puissance de l'armée irakienne et que des possibles frappes chimiques se sont avérées "exagérées". Sans doute que les frappes aériennes (dénommées sous le vocable "fait aérien" à l'issue du conflit) et celles des missiles de croisière en prélude de l'offensive terrestre ont saper les ardeurs, des miilitaires sur le terrain, des stratèges et des dirigeants irakiens.


"atila13"
J'ai débarqué à la base Franco-Anglo-Américaine de Ryad le jour même du déclenchement de la guerre,en faite la vrai première alerte a retentit 1/2 heure après notre atterrissage on était encore en civil Smile.

On c'est tous regardés ont a croisés des gars qui était déjà sur place et vu qu'ils se sont mis a courir comme des dératés on a fait de même en comprenant que c'était pas pour rire
Smile

Voila pendant un bon mois, 3 alertes au scud par nuit (il était pas cool le Saddam).
j'était donc a l'EPI de Nîmes ont était chargés de la surveillance de la Base ou était parqués les avions ravitailleurs, avions radar et autres gros transport (style le galaxie....).


Photos et commentaires "atila13"

Avec un collègue devant le célèbre hummer



Aprés la fin de la guerre ont a eu le droit de bouger un peu ici c'est dans des canyons et autres monolithes, on croirait le Far West Américain.



Pause avec des américains (c'est ceux qui ont les gros bras Smile ) et le fameux Atila.



Des photos du Koweit on a pu y allé une journée.
Char Irakiens détruit bon on fait les beaux devant trop facile quand c'est finis cheers



Le même char avec un Fusco qui récupère une bastos en souvenir (c'est pas bien ca...)



Les puits de pétrole en feu ont c'est approché assez prêt d'un, je vous montrerais ca plus tard. Je me rappelle le nom du 4ème en partant de la gauche c'est Gr.ndin si certain l'ont connu.(suis le 2ème)



La très connue route de Bassora (pas sur que ca s'écrive comme ca) impressionnant ils ont prit cher la ....

Un grand bravo a un certain pilote de Jaguar.



En faisant mes patrouilles sur la Base je tombe la dessus, obligé de revenir pour prendre en photo de cette légende qui du coup n'en est pas une. (photo rare)



Le jaguar qui a était touché par un missile un réacteur down le pilote la ramené comme ca,  vraiment un champion faut le dire (si quelqu'un le connait dite lui qui il y a son zinc sur le forum ça lui fera surement très plaisir Smile) . J'ai une photo de la verrière du cockpit avec les 2 impacts (entrée et sortie) de la balle qui était passé a raz de sa tête, à mettre plus tard.
Gros plan du réacteur,  j'ai halluciné en voyant ça, ont reste un peu "con".



 Deux missiles patriot lancés pour intercepter un scud je suppose, un qui fait mouche avec les retombées des débris. c'est joulliiiii.....il est vrai que vers la fin du conflit lors des alertes la nuit, ont sortait  des tentes ou autres aparts pour voir un peu si il y avait moyen de voir quelque chose Smile.
Il y a eu un seul tir de patriot a proximité de la Base durant le conflit, je peut vous dire que toutes les vitres de l'Aéroport on vibrées et qu'ont c'est tous mis a courir comme des dératés pour descendre au abris en mettant les masques a gaz.
L'alertes était passé a noir mais ont descendait tranquillement, cela faisait au moins 20 jours qu'ont faisait que ca donc on se la coulait douce mais là,  ca nous a réveillés. C'est que ca péte quand ça part ces engins.