Tchad - EUFOR





Le 15 mars 2008, le général Patrick Nash a déclaré la Capacité Opérationnelle Initiale (IOC) de l’opération EUFOR TCHAD-RCA qu’il commande.

La déclaration de l’ IOC marque le début effectif de cette opération. Elle signifie que la force européenne déployée au Tchad ainsi qu’en RCA a les moyens de débuter ses missions et dispose notamment des outils de commandement (FHQ), de soutien logistique et de santé (Rôle 2 italien d’Abéché), d’ouverture de théâtre et de contrôle de zone (bataillon français à Forchana et Birao).

Le 28 janvier 2008, les ministres des affaires étrangères des 27 pays de l’Union européenne (UE), réunis à Bruxelles, ont décidé le lancement de l’opération européenne Eufor Tchad/RCA.

3700 hommes, provenant de 14 nations européennes, constituent la Force qui va se déployer dans les semaines à venir. 


Hercules Français au Tchad 2008

Contributions Françaises à l’opération EUFOR Tchad / RCA

14 nations ont annoncé leur participation à la force européenne qui devrait compter au total 3 700 militaires dont 55 % de Français. La France fournit un des trois bataillons de manoeuvre prévus, des moyens de transmissions, de logistique et de commandement ainsi que le noyau clé de l’état-major de la force, qui est installé au Tchad, et de l’état-major de l’opération en France. Elle fournit par ailleurs 4 hélicoptères d’attaque et 4 hélicoptères de manœuvre dont un d’évacuation sanitaire. Au total, 2 100 français seront déployés dans le cadre de l’opération EUFOR Tchad / RCA.

La France a également activé son OHQ européen d’où le général Nash dirige l’état-major de niveau stratégique de l’opération. L’OHQ est une structure entièrement dédiée, située au Mont Valérien près de Paris, il est armé par environ 130 personnes venant de 21 pays européens.


Cérémonie des Couleurs Tchad 2008

L'opération EUFOR Tchad / RCA

Le 25 septembre 2007, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité la résolution 1778 autorisant le déploiement d’une présence multidimensionnelle dans l’Est du Tchad et le Nord Est de la République Centrafricaine. Une présence à trois composantes :

- une mission multidisciplinaire des Nations Unies (MINURCAT), qui comprendra des policiers, des officiers de liaison militaires et des civils, et dont le mandat couvrira la sélection et la formation des policiers tchadiens pour la protection humanitaire et la surveillance et promotion des droits de l’homme ;

- une police tchadienne pour la protection humanitaire (PTPH) en charge du maintien de l’ordre et du respect de la loi dans les camps de réfugiés ;

- une présence militaire de l’Union européenne en soutien de l’action de l’ONU.

L’opération européenne EUFOR Tchad / RCA, à laquelle la France participera et qui sera déployée à l’Est du Tchad et au Nord Est de la Centrafrique, sera la 5ème opération menée par l’UE.

L’Action commune, adoptée par le Conseil de l’UE le 15 octobre 2007, a officiellement désigné le général irlandais Patrick Nash commandant de l’opération et le général français Jean-Philippe Ganascia commandant de la force. L’UE a accepté la proposition de la France d’activer son OHQ européen, situé au Mont Valérien. Le processus de planification européenne suit son cours, sous la conduite du général Nash.


Système de détection et de contrôle tactique AA 2008

Les missions de la force Européenne

La force européenne qui sera déployée sous mandat de l’ONU à l’Est du Tchad et au Nord Est de la RCA, sous chapitre VII de la Charte des Nations Unies, autorisant l’usage de la force, aura pour mission de soutenir l’action de l’ONU. Ses tâches seront :

- de contribuer à la protection des civils en dangers, en particulier les réfugiés et les personnes déplacées ;

- de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire en améliorant la sécurité dans la zone d’opérations ;

- de contribuer à la protection du personnel et des infrastructures des Nations Unies. 



Source Défense

15 mars 2009
Le transfert d’autorité de l’EUFOR Tchad-RCA vers la MINURCAT (Mission des Nations Unies en République Centrafricaine et au Tchad)  a lieu à Abéché. Selon le Commandant de l’EUFOR, le général Patrick Nash, « c’est la fin d’un chapitre et l’ouverture d’un nouveau. L’EUFOR va partir mais l’engagement demeure et ne faiblira pas. Ceci est la preuve évidente d’un nouvel engagement en faveur de cette partie du monde ». Pour sa part, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Alain Le Roy, rappelle que « ce transfert intervient à un moment où les tensions se cristallisent dans la sous-région » et qu’on « ne peut pas exclure que des réfugiés supplémentaires franchissent la frontière » soudanaise.