Des objectifs maîtrisés


Cette rationalisation de l’organisation du commandement vise à :

- recentrer l’état major de l’armée de l’air sur ses tâches de direction générale, de pilotage et de prospective ;
- regrouper les métiers concourant aux mêmes fonctions dans les mêmes structurespour gagner en efficacité, pour diminuer le coût de fonctionnement et pour faciliter les adaptations futures, en cohérence avec les projets de modernisation de l’Etat ;
- décloisonner les métiers et favoriser le travail en réseau de toutes ces entités interdépendantes et décentralisées (en interne, en interarmées, en interministériel et en coalition, afin de maîtriser la complexité des défis actuels et à venir ;
- alléger les structures en diminuant le nombre d’échelons hiérarchiques intermédiaires afin de gagner en réactivité ;
- simplifier les structures et obtenir une meilleure lisibilité, gage de bonne connectivité avec tous les acteurs de la défense et de la sécurité, militaires ou civils, français ou alliés ;
- faciliter le pilotage de la performance afin de focaliser l’ensemble des ressources vers la finalité et l’action opérationnelles ;
- décentraliser les structures de commandement pour prendre une meilleure prise encompte des attentes personnelles et professionnelles du personnel de l’armée de l’air.

Fruit d’une étude particulièrement étayée et résolument moderne, la transformation issue d'AIR 2010 n’a pas fini de porter tous ses fruits en matière d’efficience.