Historique de la Base Aérienne 702 - Avord

1ère Base Aérienne Française



L'histoire aéronautique d'AVORD commence en 1912 avec l'implantation d'une école de pilotage sur un camp militaire créé après la guerre de 1870.
Dès cette époque, une section d'aéronautique militaire y est stationnée.
De 1914 à 1918 se développe un centre de formation au pilotage qui deviendra dès 1916/1917 la plus importante école d'aviation du monde. En 1918, on trouve sur la base et sur les terrains annexes 1000 avions et 6000 personnes. L'activité aérienne mensuelle est supérieure à 6000 heures de vol. Durant cette période, la base d'AVORD délivre plus de 9000 brevets du personnel navigant.

Tous les grands as de la guerre 14/18 sont passés par cette école : Guynemer en particulier et Georges Madon (1892-1924). Celui-ci fut un des dix premiers pilotes affectés à AVORD. Il termina la guerre avec 41 victoires homologuées, se classant quatrième sur la liste des as français.

De 1920 à 1940, AVORD poursuit sa mission de formation de pilotes et d'équipages tout en perfectionnant ses équipements.


Durant la guerre 39/45, la base est occupée par les Allemands.

En 1944, elle est bombardée par les Alliés, puis évacuée par les Allemands après la mise en œuvre d'un plan systématique de destruction. Elle est détruite à 90%.

A partir de 1946, elle va renaître de ses ruines pour reprendre sa mission.

Une école de pilotage y est à nouveau implantée sur :

MARTINET NC 701,
Marcel Dassault MD 312 FLAMANT (1952),
XINGU (29 mars 1983).

En 1956, un entrepôt de munitions est créé au nord ouest du terrain : l'Entrepôt de l'armée de l'air n° 605.

La base aérienne d'AVORD accueille en 1966, la 94ème Escadre de bombardement, unité des Forces aériennes stratégiques, équipée de MIRAGE IV A et de ravitailleurs en vol C 135 FR. Pour ce faire, il a fallu réaliser l'infrastructure nécessaire et notamment la construction d'une piste de 4300 mètres.

Le 1er juillet 1985, le Centre de langue aéronautique spécialisé de CHAMBERY est transféré sur la Base aérienne 702 d'AVORD.

L'escadron de MIRAGE IV est dissous en 1986, mais dès le 1er juillet 1989, la base retrouve sa vocation nucléaire avec la création d'une zone de déploiement d'un escadron de MIRAGE 2000 N équipé du missile Air Sol Moyenne Portée (ASMP).

En 1990, commence l'installation du 36ème Escadron de détection et contrôle aéroportés, équipé des quatre E-3F "AWACS" français. Cette unité est opérationnelle depuis 1992.

Le 27 août 1994, la 2ème Compagnie opérationnelle du génie de l'air s'installe sur la base qui voit ainsi sa capacité de remise en œuvre opérationnelle après attaque aérienne nettement améliorée. Elle prend le nom de 4ème Compagnie opérationnelle du génie de l'air le 1er juillet 1998.

Aujourd'hui...

... la Base aérienne 702 emploie quelques 2300 personnes civiles et militaires.

Implantée sur les communes d'AVORD, de FARGES EN SEPTAINE et de SAVIGNY EN SEPTAINE, son emprise s'étend sur plus de 1100 hectares dont 850 sont clôturés.

Elle est le premier employeur du Cher mais également l'une des toutes premières entreprises du département par les flux financiers qu'elle induit.
Sa position privilégiée au centre de la France en fait une des bases majeures du dispositif de l'Armée de l'air et une plate-forme essentielle pour notre pays. En plein développement, son intérêt stratégique va croissant.

Grande entreprise, la base d'AVORD se sent véritablement intégrée dans la région, au développement de laquelle, elle est heureuse de contribuer.

Le 30 juillet 1982, la base aérienne d'AVORD reçoit son nom de baptême : "Capitaine Georges MADON".

Source: BA 702

Insigne


Le Parrain


Georges Madon (41 victoires)
réussit un jour à atterrir après qu'un obus eut emporté son moteur.


Cne Georges Félix Madon - Né le 28 juillet 1892 à Bizerte (Tunisie)
Avant guerre Aviateur - Entré en service, le 12.03.1912 au 1er régiment de Génie
Brevet de pilote militaire n° 231 du 12.03.1913 à l'école d'aviation d'Avord.
Différentes unités : Ecole de Pau jusqu'au 10.08.1916 - BL 30 - MF 44 - N 38.
Légion d'Honneur - Médaille Militaire - Croix de Guerre.
4ème As français avec 41 victoires homologuées.
Tué pendant une démonstration aérienne, le 11.11.1924 à Tunis
Photo : La vie aérienne illustrée.


Vue Satellite



Quelques Avions


MD 312


Xingu


C 135 FR


Mirage IV


E3-F "Awaks"