«Des militaires qui ont le cœur et la raison du même côté»

Air Raid 2010


Colonel Bauvin

L’esprit de compétition ne ralentit jamais. Preuve en est, ce vendredi 23 avril 2010, débute l’édition annuelle de l’exercice Air Raid sur la base aérienne de Nancy. Air Raid qui se tiendra jusqu’au dimanche 25 avril, met à l’honneur la mixité et l’hétérogénéité au sein du personnel de l’armée de l’air. Il mettra en compétition 60 équipes, parmi lesquelles, des équipes étrangères. Entretien avec le colonel Bauvin, officier adjoint au délégué de réserve de l’armée de l’air.

L’édition 2010 d’Air Raid débute aujourd’hui sur la base aérienne de Nancy. En quoi consiste cet exercice?

En premier lieu, cet exercice annuel est inscrit au livre bleu de l’armée de l’air. Il est donc fondamental et essentiel pour notre armée. Air Raid est un rallye pédestre, jalonné d’ateliers tels que des séances de tirs ou des épreuves testant la connaissance en matière de défense et d’aéronautique militaire. À l’origine, Air Raid était destiné aux réservistes mais s’est ouvert, depuis, à l’ensemble du personnel d’active de l’armée de l’air. Il permet, aujourd’hui encore, de vérifier la capacité de l’ensemble de la réserve à satisfaire aux exigences de la certification individuelle du combattant. D’autre part, cet exercice a pour but de mettre en application le savoir-faire et le savoir-être des militaires dans un environnement sportif et compétitif.

Pendant ces trois jours de compétition, quels seront le programme et les épreuves auxquels se soumettront les participants à l’exercice?

Le réalisme d’Air Raid est l’atout majeur de l’exercice. En effet, les épreuves correspondent à ce que doivent savoir et appliquer les militaires, aussi bien en opérations intérieures qu’extérieures. Des épreuves de reconnaissance aérienne et des techniques de franchissement d’obstacles constituent les ateliers «physiques» du rallye. Quant aux ateliers «intellectuels», ils mobiliseront notamment les participants autour de questionnaires et les testeront sur leur connaissance du droit des conflits armés et du secourisme. Une épreuve spécifique évaluera la capacité des participants à évoluer dans un site à l’atmosphère viciée. L’endurance et la résistance à la fatigue sont également des facteurs avec lesquels les équipes doivent composer. Dès le lancement de l’exercice, aujourd’hui à 16h, elles rivaliseront entre elles durant 24 heures sans discontinuer. Samedi soir uniquement, les participants pourront dormir, reprenant ainsi des forces avant de reprendre la compétition.

Quelles sont les modalités de participation?

Les équipes doivent être constituées de quatre personnes appartenant à l’armée d’active ou à celle de la réserve. L’hétérogénéité est le maître-mot dans leur constitution. Des bonifications sont données aux équipes selon différents cas de figure : lorsqu’elles réunissent des réservistes avec du personnel d’active, lorsqu’elles sont mixtes et enfin, lorsqu’elles regroupent différents grades. Chaque base aérienne envoie une équipe au minimum.

Quels sont les objectifs d’Air Raid?

À mes yeux, il encourage la poursuite d’une spirale vertueuse vers la professionnalisation des réservistes. En effet, l’exercice renforce les connaissances respectives du personnel d’active et de réserve. Le lien les unissant est mis en avant tout au long des épreuves, grâce à un esprit d’équipe. De plus, Air Raid permet de mettre en application l’interopérabilité du personnel, à travers leur compétence à s’adapter à tout terrain d’opération.

Quelles nouveautés caractérisent cette édition?

Tout d’abord, le lieu de l’exercice est différent. La base de Nancy succède à la base d’Orange. Ainsi, cette année, les équipes passent des épreuves de franchissement dans l’ancien centre d’entraînement «Commando», devenu « Fort Aventure ». Autre nouveauté, nous accueillons quatre équipes issues de la gendarmerie et de l’armée de terre.

L’exercice est multinational. Quelles équipes étrangères sont présentes sur la ligne de départ?

Pour cette édition, nous pouvons compter sur deux équipes allemandes, deux équipes belges et une équipe suisse. Air Raid permet de rapprocher, dans un cadre convivial, des militaires qui seront amenés à travailler ensemble sur des théâtres d’opérations internationaux, comme celui d’Afghanistan.

L’exercice est mixte, qu’en est-il de la participation féminine à Air Raid?

Elle évolue au gré des années, entre 15 à 20% sont des femmes. L’année dernière, l’équipe qui était arrivée première lors des épreuves théoriques, était constituée de trois femmes et d’un réserviste.

Cet exercice constitue-t-il une annonce préalable à la journée du réserviste?

Air Raid met à l’honneur le personnel de la réserve. Il est donc naturel que l’exercice joue un rôle de relais. Lors de la cérémonie militaire de clôture, où 700 personnes sont attendues dont plusieurs élus locaux, les jeunes de la formation militaire initiale du réserviste seront présentés. Je suis toujours ému de voir tous ces militaires qui ont le cœur et la raison du même côté, réunis pour cet exercice convivial et fraternel.

Propos recueillis par Elsa Clemencio, stagiaire au Sirpa air.






Source: Armée de l'Air