Escadron de Protection

Colmar-Meyenheim EP 1G-132





C’est une page qui s’est tournée le mercredi 16 juin 2010. Le général Jean-Paul Paloméros, chef d’état-major de l’armée de l’air, a présidé la cérémonie de dissolution de la base aérienne 132 «Commandant René Pépin» de Colmar-Meyenheim, en présence du préfet du Haut-Rhin, M Pierre-André Peyvel. De nombreuses personnalités civiles et militaires ainsi que d’anciens commandants de la base étaient réunis pour l’occasion autour du colonel David Pincet, actuel commandant de base. Également présent, le général Hugues Hendel, commandant les forces aériennes, qui a procédé à la dissolution et à la remise du fanion de l’escadron de protection 1G.132.

"AA"



Ce matin, le mistral alsacien soufflait très fort sur le tarmac de la base aérienne de Colmar où était rassemblé le personnel, en armes, derrière leur drapeau. Mais il ne soufflait pas suffisamment fort pour effacer à jamais les 59 années de présence de l'armée de l'air en terre alsacienne.
Eh oui, en ce mercredi 16 juin 2010, le chef d'état-major de l'armée de l'air, accompagné de nombreuses autorités civiles et militaires, présidait la cérémonie de dissolution de la BA 132, du retrait de son drapeau et du fanion de l'escadron de protection 1G132. Fièrement porté par le cadre le plus décoré de l'unité de protection, le fanion s'est présenté une dernière fois face aux troupes avant de s'enrouler dans ses souvenirs. Le général commandant le CFA l'a reçu des mains un brin fébriles du commandant d'unité pour qu'il prenne la direction du musée des commandos de l'air à Dijon, dans les jours prochains.
Les commandos de l'air sur les rangs étaient impeccables et impassibles même si l'on devine aisément le pincement au coeur pour tous, jeunes comme anciens, de participer à un moment, certes historique, mais Ô combien triste.
L'ordre du jour du CEMAA a rappelé l'historique de cette base au passé prestigieux, née il y a 59 ans pour "faire face" à l'est.

Le temps d'une cérémonie, la pendule de l'armée de l'air s'est figée. Les officiers, sous-officiers et militaires du rang ont regardé une dernière fois le chemin parcouru, avant de se séparer et partir vers de nouvelles aventures.

"Corentin"



En 1957, après deux ans passés sur le sol allemand, ce groupe de protection s'installe avec la 13ème Escadre sur la Base aérienne 132 de COLMAR- MEYENHEIM.

A cette date, il prend l'appellation de Section de protection 40/132.

Le 24 août 1977, l'Escadron de protection 42/132 est créé.

En novembre 1981, une mission supplémentaire lui incombe : LA DEFENSE SOL- AIR. Equipée de canons de bi-tubes de 20 mm, la section de défense sol-air est constituée de cadres et d'aviateurs fusiliers- commandos.

Le 1er juillet 1985, et dans le cadre des restructurations des unités de protection, la section de défense sol- air est intégrée à L'ESCADRON DE MISSILES SOL-AIR.

Les cadres de l'Escadron de protection constituent quant à eux, à la même date, l'Encadrement de l'escadron de protection 28/301 (EEP 28/301) qui est rattaché au Groupement des fusiliers commandos de l'air.

L'Escadron de protection 42/132 continue sa mission de surveillance et de protection des installations et des personnels de la Base aérienne 132.

Le 26 mai 1986, le fanion de l'Escadron est homologué sous le numéro : A 317.

Le 1er septembre 1998, suite à la nouvelle réorganisation des Bases aériennes et dans le but de la professionnalisation, l'Escadron de protection 42/132 devient l'Escadron de protection 1G/132, et est rattaché au Soutien opérationnel 1A/132 de la Base. Une nouvelle mission lui incombe : le filtrage des différents accès du point sensible.

Exercice Posé d'Assaut à Colmar 2005

La mission de l'EP 1G.132 consistait à la protection et à l'intégrité des installations et des personnels, et au contrôle des accès de la Base aérienne 132 de COLMAR- MEYENHEIM.

Pour effectuer sa mission, cette unité était constituée de différents modules :

un module commandement, composé d'officiers
un module direction, composé de sous-officiers supérieurs
un module PC Protection, comprenant :
. - des modules dynamiques, composés de sous-officiers et de Militaires techniciens de l'air (MTA)
· - des modules statiques, composés de sous-officiers et de MTA
· - un module filtrage, composé de MTA
un module détachement extérieur, composé de sous-officiers et de MTA.