Escadron de Protection

Apt EP 21-200 (Dissout avec la Base en 1996)





Pour l'implantation des silos de tir, des recherches sont menées en Corse, dans les Vosges, dans le Massif central et dans la Drôme en 1963. Le 2 mai, le conseil de Défense choisit deux plateaux : Valensole dans les Alpes et Albion dans le Vaucluse. Le plateau de Valensole est écarté car son réseau hydrographique est incompatible avec la construction des silos. Le sous-sol d'Albion par contre est idéal : calcaire facile à travailler et suffisamment résistant pour encaisser des chocs et hors de la zone sismique de la Durance. En surface, une étendue quasi déserte à perte de vue s'étendant sur 8000 km2.

En novembre 1966, la ferme Saint Just est utilisée comme premier campement aux pionniers du 1er GMS malgré qu'elle ne comportait pas d'arrivée d'électricité au début. La Base Aérienne et ses différents sites deviennent les endroits les plus secrets de France.

En avril 1967, la Base Aérienne du 1er GMS est créée sur une surface de 406 hectares sur la commune de Saint Christol d'Albion et pas moins de 2000 personnes y travailleront. Elle sera rebaptisée BA 200 en 1996. La base est coupée en deux dans le sens Nord Sud par la piste d'atterrissage de 1700 m de long. La partie Ouest regroupe la zone vie avec le bâtiment de commandement, des bureaux, les mess, les bâtiments d'hébergement, les équipements sportifs, la piscine et un cinéma et la zone technique commune destinée au stationnement et à la maintenance des véhicules. Au Nord, la zone technique spécialisée ZTS avec les 3 hangars d'assemblages des missiles AAV et l'imposant atelier pyrotechnique. Au delà, la zone d'expérimentation et d'instruction ZEI crée en 1977 pour passer du missile S2 au S3. Ces installations comprennent aussi deux Zones de Lancement équipées de maquettes fonctionnelles de missiles et de deux capsule de tir, copies des sites opérationnels PCT. C'est l'Aerospatiale qui gérait cette zone avec l'Armée de l'Air. A l'Est de la piste, une zone très protégée, la DAMS 11/095, l'atelier de dépôt des munitions et des têtes nucléaires gérée par le CEA et l'Armée. Au sous sol, le centre d'opération gardé jours et nuits.Les couleurs sont envoyées le 5 juillet 1968.



L'escadron de protection EP 21.200 est crée en 1968. Il comprend une section de commandement, un cynogroupe et 4 compagnies tous parachutistes. Restructuré en 1979 en deux escadron, l'unité prend en charge et met en oeuvre une section de défense sol-air avec des canons Bitube de 20 mm. Pour parcourir les centaines de kilomètres entre les ZL et surveiller les chemins de câbles, l'unité s'équipe de chevaux.



Apt sous la neige - 1980.


Apt, la court du Centre Equestre et Cyno - 1995


SDSA - Bitube de 20 mm


Apt, Aspirants Fusiliers Commandos - 98/04


Un Berliet GAK VTC que l'Armée de l'Air utilisait au plateau d'Albion, et qui servait au transport des têtes nucléaires des missiles S2. A remarquer le pare-brise séparé en deux, et la bavette au dessus des roues avant, comme le double essieux tout à l'arrière.