Parcours Professionnel



PREMIER CONTACT :

Pour tout renseignement concernant les possibilités de carrière et d'emploi au sein de l'Armée de l'air, le Bureau air information ou la Section recrutement de la base aérienne la plus proche de chez vous se tient à votre disposition.
Là-bas, un conseiller en recrutement vous informera des débouchés professionnels correspondant à votre âge, votre niveau scolaire et vos aspirations.


DOSSIER DE CANDIDATURE :

Si votre intérêt se confirme, un dossier de candidature sera établi et initiera alors votre parcours de sélection. Vous serez convoqué aux différentes épreuves d'évaluation relatives au type de recrutement souhaité, sauf pour les recrutements sur concours.

Exemple, pour devenir SOUS-OFFICIER
- tests psychotechniques permettant d'évaluer vos capacités de raisonnement et de logique ;
- test d'anglais ;
- questionnaires à choix multiples (mathématiques, électricité, mécanique), dont les résultats conditionnent l'orientation vers les différentes spécialités ;
- tests spécifiques complémentaires pour certaines spécialités (contrôleur aérien, fusilier commando, spécialités du renseignement…) ;
- épreuve d'aptitude physique (course à pied + certificat de natation) ;
- visite d'aptitude médicale.



FORMATION MILITAIRE ET PROFESSIONNELLE :
Si vous réussissez les épreuves de sélection, vous intégrerez une base aérienne école pour suivre une formation militaire :
- 4 semaines pour les élèves officiers du personnel navigant à Salon-de-Provence ;
- 16 semaines pour les élèves sous-officiers à Rochefort ;
- 6 semaines pour les élèves militaires techniciens de l'air à Saintes.
Vous suivrez ensuite une formation professionnelle d'une durée variable selon le type de recrutement et la spécialité. Si trois années sont généralement nécessaires pour obtenir son brevet de pilote, la formation des sous-officiers varie, quant à elle, de 8 semaines pour le spécialiste restauration hôtellerie à 3 ans pour l’infirmier.
Les militaires techniciens de l'air, hormis quelques spécialités (pompier, fusilier commando, auxiliaire sanitaire…), sont directement intégrés dans leur unité où ils sont pris en charge par un cadre de leur métier.

EVOLUTION DE CARRIERE :

La position dans la hiérarchie militaire suit la progression professionnelle.
Pour le sous-officier, cette progression varie en fonction de son implication au quotidien dans l'exercice de sa spécialité. Elle est aussi conditionnée par la réussite à des sélections internes lui permettant de suivre des stages qualifiants et d'obtenir un grade supérieur. Ainsi, si le sergent est un technicien, le sergent-chef devient un chef d'équipe et l'adjudant-chef un chef de service.
Le militaire technicien de l'air obtient ses grades de manière automatique, mais sa réussite aux sélections internes conditionne en partie le renouvellement de ses contrats.


DE REELLES PERSPECTIVES DE PROGRESSION :

Aucun militaire n'est cantonné aux limites de son corps d'origine : le militaire technicien de l'air peut, s'il réussit des tests de sélection spécifiques dans sa 4e ou 5e année de contrat, devenir sous-officier. Avant ses 30 ans, le sous-officier a la possibilité de se présenter à un concours interne pour devenir officier. Enfin, l'officier sous contrat peut, quant à lui, espérer devenir « de carrière ».


RETOUR A LA VIE CIVILE :

Chaque militaire, de carrière ou sous contrat, peut bénéficier immédiatement de sa pension militaire au bout de 15 ans de service actif. Certains décident alors de se reconvertir dans le milieu civil où ils peuvent faire valoir, outre leurs compétences techniques particulières, leur rigueur et leur capacité à travailler en équipe, généralement appréciées des employeurs.
Dans tous les cas, tout militaire ayant effectué au moins 4 années de service peut bénéficier d'une aide à la reconversion.

Source: Site AA