C 160 "Transall"

Armée de l'Air








Histoire


Le C-160 Transall a été réalisé suivant les spécifications d'une fiche de programme de 1959, dans le but de remplacer les Nord 2501 Noratlas de l'Armée de l'Air et de la Luftwaffe. Le groupe industriel "Transport Allianz", premier exemple de coopération industrielle aéronautique entre la France et l'Allemagne, a été constitué par les sociétés Nord Aviation (puis Aérospatiale), ; Hamburger Flugzeugbau (H.F.B.) et Vereinigte Flugtechnische Werke (V.F.W.), toutes deux devenues MBB, le tout formant maintenant EADS.
Avion à aile haute cantilever, il est équipé de deux turbo-propulseurs Rolls-Royce Tyne RTy.22, à double corps, mono flux à turbine liée, spécialement conçu pour résister aux températures tropicales et désertiques, ainsi qu'aux effets corrosifs de l'air marin et abrasifs du sable. D'une puissance de près de 5 665 CV, c'est un moteur très fiable, à faible consommation, utilisé pour des missions de longue durée, à basse ou très basse altitude. Il vole en croisière à 240 noeuds, plafonne à 7800 mètres (FL 260).
Grâce à son train d'atterrissage comportant un diabolo avant et quatre diabolos arrières avec pneus à basse pression, il est utilisable à partir de terrains peu préparés.
Il comporte de larges portes d'accès permettant un chargement facile et le largage de charges, la soute pressurisé est au gabarit SNCF, elle permet de transporter 91 passagers ou 88 parachutistes non équipés ou 58 équipés pour le combat ou 62 blessés couchés ou encore 8,5 tonnes sur 4500 km et 14 tonnes sur courtes distances.
Il est mis en œuvre par un équipage de 2 pilotes, 1 navigateur, 1 mécanicien de conduite, 1 chef de soute.
Le premier prototype a volé pour la 1ere fois le 25 février 1963 à Bourges, le second le 25 mai à VFW Lemwerder, le troisième à Hambourg le 19 février 1964.

Le programme fut relancé en 1977, et le 8 avril 1981, la France vit le premier vol du C 160 NG (nouvelle génération), il diffère des appareils de la première série principalement par la suppression de la porte de chargement latérale, l'ajout de réservoirs supplémentaires et l'installation d'un système de ravitaillement en vol. 10 exemplaires ont également la capacité ravitailleur grâce à un treuil de ravitaillement par tuyau souple. La capacité en carburant passe de 19.050 à 27.200 litres.
Dans les années 90, un programme de rénovation des avions français fut entrepris. Il avait pour but de doter les avions d'une avionique numérique, et d'une capacité BNL (Bas Niveau de Luminosité). Les avions ainsi rénovés furent rebaptisés C 160 R. Un autre programme avait pour but d'équiper une partie de la flotte d'un système d'autoprotection (blindage, acquisition radar, arrivée missile, leurrage).
Le système de navigation intégré avec calculateur FMS, le système de restitution de données EFIS 854 TF avec afficheur tête haute, les capteurs d'information et la centrale inertielle ont été réalisé par les sociétés Airbus France et Thales Avionics.
Le système d'autoprotection de l'appareil avec la détection d'arrivée missile et le leurrage a été réalisé par les sociétés Thales et Alkan.
La société britannique Bae Systems a effectué la modernisation de l'équipement de bord de la version allemande.

Un développement en version Avion à Décollage et Atterrissage Courts a été envisagé, avec réacteurs d'appoint, moteurs plus puissants, et même soufflage des volets d'hypersustentation.
Le projet C161 quant a lui, comportait un poste de pilotage surélevé afin de ménager à l'avant un accès direct à la soute par l 'intermédiaire d'une porte se levant à la façon de l'Airbus A300-600ST " Beluga " aujourd'hui.




Caractéristiques techniques

Vitesse maximale : 486 km/h
Masse maxi. au décollage : 49 t
Longueur hors tout : 32,1 m
Envergure : 40 m
Hauteur totale : 11,65 m
Equipage : 4-6
Passagers : 88 personnes maximum




Photo Armée de l'Air

Photo Armée de l'Air